Publié par Laisser un commentaire

Attention : presque aussi dangereuse que la Covid-19, l’Ultracred-20

Tong

Le “bon sens”

Les scientifiques sont vraiment étranges : qu’est-ce qui, à part évidemment les dizaines de milliers heures d’études après le bac pour chacun d’entre eux, les millions et millions d’heures de recherche au sein de laboratoires regroupant des milliers et des milliers de chercheurs, fonde la pertinence de leurs discours alors qu’il suffit de passer 5 minutes sur l’Internet ou les réseaux sociaux – ces cafés du commerce virtuels – pour avoir toutes les réponses aux questions que l’on se pose, quel que soit le sujet, de la part de Marie-Thérèse de la compta ou de Gérard de la logistique ?1

Comment est la Lune ? Creuse ! Comment est la Terre ? Plate ! Va-t-on appliquer les règles recommandées pour contenir la propagation d’un virus tueur ? Non (ou pas toutes) parce qu’elles sont inefficaces ! L’Internet est définitivement merveilleux : il détient toutes les réponses à toutes les questions. Mais, alors même que chacun peut à l’envi critiquer les résultats de la recherche – plus exactement de ce qu’il a pu entendre (dans les deux sens du terme) de quelques-uns (dans le meilleur des cas) – peu emploie la même énergie à s’interroger sur leur propre réflexion.

Le “bon sens” et la science

La chose n’est pas nouvelle : dans son « Discours de la méthode », René Descartes relevait au XVIIème siècle que « le bon sens est la chose du monde la mieux partagée : car chacun pense en être si bien pourvu, que ceux même qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose, n’ont point coutume d’en désirer plus qu’ils en ont ». Cela a souvent été repris au sujet de l’intelligence servant à évaluer sa propre intelligence.

Une autre façon de le dire est que l’on ne doit pas se sentir obligé de s’exprimer parce que l’on a la possibilité de le faire. Cela porte un nom : l’ultracrepidarianisme. L’histoire – délicieuse – est contée par Pline l’Ancien dans « L’Histoire naturelle » : Apelle de Cos, un peinte du IVème siècle av. J.-C., entendit qu’un cordonnier critiquait la façon dont il avait représenté une sandale (crepida, en latin). L’œuvre fut retouchée, ce qui fut interprété par le cordonnier comme une incitation à formuler de nouvelles critiques sur d’autres détails du tableau. Ce à quoi Apelle rétorqua « Nē suprā crepidam sūtor iūdicāret » (qui peut être traduit par « Qu’un cordonnier ne juge plus haut que la sandale »). Cela peut paraître méprisant. Et ça l’est : du cordonnier – dont le savoir a été reconnu – envers le peintre – dont l’art a été critiqué sans raison.

crepida

Cela ne signifie pas, bien au contraire, qu’il ne faille pas critiquer. L’épistémologue Karl Popper rappelle dans «Conjectures et réfutations» : « Le critère de la scientificité d’une théorie réside dans la possibilité de l’invalider, de la réfuter ou encore de la tester ». C’est même ce qui distingue la science de toute autre forme de croyance. Mais proposer une opinion inverse n’a jamais été un argument scientifique : c’est juste une figure de style qui permet presque toujours d’invalider cette proposition (L’eau ne remonte pas dans le robinet), parfois de contester un lieu commun sur la base d’une observation poétique :

« J’ai bien observé comment cela se passait
Quand le soleil est couché
C’est la mer qui s’assombrit
Le ciel conserve encore longtemps une grande clarté »

(Blaise Cendrars, « La nuit monte »)

Ce n’est qu’à ce titre qu’elle est intéressante.

L’ignorance de l’ignorance comme cible

On pourrait d’autre part penser que c’est ici l’ignorance qui est fustigée. Il n’en est rien : c’est même l’une des choses que nous partageons tous. La cible, c’est l’ignorance de l’ignorance. Savoir que l’on ne sait pas est le début de la connaissance. À l’inverse, avoir un avis sur tout est inquiétant ; le communiquer systématiquement devient dangereux.

Et cette situation n’est pas l’apanage de la Toile : tous les réseaux de télécommunication pêchent de la même manière. Par exemple, en mars dernier, un médecin très médiatique répondait à une auditrice d’un ton très condescendant que le virus qui interrogeait le monde entier n’était pas aéroporté. Qu’en savions-nous ? Qu’en savons-nous ? Reconnaissons au moins à ce médecin qu’il fit amende honorable quelques mois après en déclarant que, à l’époque, personne (pas plus lui qu’un autre) n’en savait rien et qu’il avait cédé à la tyrannie de la réponse médiatique impérative. Médiatique, mais non scientifique…

Une maladie contagieuse, mais qui se soigne

L’Utracred-21 – contraction formée pour l’occasion de « ultracrepidarianism » et de « disease » – est ainsi l’une des maladies de ce siècle, mais apparemment aussi de tant d’autres. Elle est très bien illustrée dans le titre d’un film des années 70 réalisé par Jacques Besnard (« C’est pas parce qu’on n’a rien à dire qu’il faut fermer sa gueule »), même si le titre est probablement le meilleur moment du film. On peut néanmoins raisonnablement douter que son ironie soit aujourd’hui pleinement perceptible par tous…

 

Si cette maladie tue moins que la Covid-19, il est possible qu’elle ait quand même fait beaucoup de morts dans nombre de pays ces derniers temps et semble très contagieuse, notamment par voie électronique. Mais elle présente un avantage sur le virus : ici, pas besoin de médicaments, pas besoin de vaccins. Car, s’il est coutume de dire qu’en informatique le problème se situe souvent entre l’écran et le dossier, le mal se trouve ici entre l’oreille droite et l’oreille gauche de chacun. Là où précisément réside aussi le remède…

 

1. Ne vous méprenez pas : j’adore Marie-Thérèse et Gérard qui sont de bonnes personnes et font bien leur travail, et je n’ai rien contre la compta ou la logistique…

Publié par Laisser un commentaire

Surmortalité liée à la Covid19 : des vérités relatives aux fakes absolus

Singe

Une vérité sur une vérité fait une vérité.

Une vérité sur un mensonge fait une vérité.

Un mensonge sur une vérité fait un mensonge.

Un mensonge sur un mensonge ne fait pas une vérité...”

Un “portnaoiq-tableau” parmi tant d’autres sur les réseaux sociaux

Vous êtes sans doute nombreux à avoir reçu, via les réseaux sociaux, le message ci-dessous :

C’est du sérieux :

  • le logo de l’INSEE, L’Institut national de la statistique et des études économiques, qui “a été créé par la loi de finances du 27 avril 1946. C’est une direction générale du ministère de l’Économie et des Finances implantée dans l’ensemble du territoire français. Son indépendance professionnelle est inscrite dans le droit : la loi de modernisation de l’économie du 4 août 2008 a créé l’Autorité de la Statistique publique, qui doit veiller au respect du principe d’indépendance professionnelle dans la conception, la production et la diffusion des statistiques publiques.” [source] ;
  • un lien vers une page du site de l’INSEE https://www.insee.fr/fr/information/4190491
  • un nom et une date.

Tout y est.

Et que nous montre ce tableau ?

Lorsque l’on compare les 9 premiers mois des dernières années, 2020 ne présente que 1 384 décès de plus que 2019, 285 de plus que 2018 et 2 190 de plus que 2017. Plus encore, seuls 2 mois de 2020 (avril et août) présentent plus de décès que les mêmes mois des années précédentes. Alors, où est la pandémie ? Et surtout pourquoi le confinement ? Pourquoi la distanciation sociale ? Pourquoi le couvre-feu ? Pourquoi les masques ? Pourquoi le gel hydroalcoolique ? Mille questions viennent immédiatement à l’esprit. Les mensonges sont partout. Alors mille mercis à ces personnes qui les traquent et poussent dans leurs derniers retranchements les pauvres moutons blancs qui croient tout ce qu’on leur raconte. Mille questions se posent, plus une.

Pourquoi ne pas vérifier les sources ?

Sur la page https://www.insee.fr/fr/information/4190491 le tableau ne figure pas. Dommage pour référence. Mais l’on y trouve bien mieux : les fichiers des personnes décédées depuis 1970. Ces fichiers sont mensuels pour 2020, annuel pour les années antérieures jusqu’à 1970. Pour chaque décès, ils donnent :

  • le nom et le prénom ;
  • le genre ;
  • la date, le lieu, la commune et le pays de naissance ;
  • la date et le lieu du décès ;
  • le numéro de l’acte de décès.

Les fichiers mensuels comportent chacun aux alentours de 60 000 lignes, les fichiers annuels environ 600 000. Une vraie mine d’or ! Sur les mois récents, j’y ai même retrouvé mon père…

Commençons à vérifier les sources. Par exemple, le fichier de janvier 2020. C’est un fichier qui comporte 60 584 enregistrements. Une simple question : comment fait-on rentrer 73 404 décès (ceux que l’on trouve dans le tableau qui circule) dans 60 584 enregistrements (ceux du fichier de l’INSEE) ? Celui du mois d’avril 2020 comporte 70 943 enregistrements, quand le tableau qui circule évoque 67 213 décès. Même question. En réalité, toutes les données du tableau qui circule sont logées à la même enseigne.

Par ailleurs, un examen (pas nécessairement très attentif) des données montre que des enregistrements “étranges”. Par exemple, toujours sur le mois de janvier 2020, près de 22 % des enregistrements présentent une date de décès différente de janvier 2020, mais seulement 1,8 % antérieure à décembre 2019. La petite note méthodologique de l’INSEE l’explique :

  • “le fichier mis à disposition un mois donné, ne comprend pas tous les décès survenus durant le mois, les informations pouvant parvenir à l’Insee dans le courant du ou des mois suivant(s). À l’inverse, le fichier du mois peut comprendre des décès survenus antérieurement” ;
  • L’Insee ne peut garantir que les fichiers des personnes décédées sont exempts d’omissions ou d’erreurs“.

Ceci se produit sur l’ensemble des tableaux, qu’ils soient mensuels ou annuels. De ce fait, il semble difficile d’établir, avec ces fichiers (d’autres sources existent pour ce faire), un décompte juste des décès mensuels, comme prétend le faire le tableau qui circule.

Par ailleurs, l’INSEE délivre régulièrement une multitude d’études et de tableaux montrant la surmortalité du premier semestre 2020 par rapport aux années antérieures, par exemple :

De nombreux sites, tels AFP-factuel ou encore 20Minutes, avaient déjà abouti aux mêmes conclusions que ce modeste papier.

En d’autres termes, ce tableau – comme tant d’autres qui circulent –  est un gros fake* ! 

Les moutons et les singes

À trop vouloir dire systématiquement le contraire de ce que les moutons blancs entendent et écoutent, on devient un mouton noir. Mais, blanc ou noir, un mouton reste un mouton : devinable, prévisible.

Plutôt que d’être des moutons, quelle qu’en soit la couleur, ne pourrions-nous pas être des singes ? Pas de ceux qui, accroupis, écoutent tout, voient tout et répètent tout ou de ceux qui se bouchent les oreilles, se cachent les yeux et se taisent. Plutôt de ceux qui, il y a bien longtemps dans une savane, ont pensé que se dresser sur leurs pattes arrière leur permettrait de voir plus loin… et mieux.

* J’ai bien dit fake…

Publié par Laisser un commentaire

Ce site de statistiques est-il fait pour vous ?

Si vous pensez qu’un bon cours de statistiques est toujours imprimé en noir sur fond blanc et pleins de signes bizarres que seule une poignée d’initiés peut déchiffrer.

Si vous pensez que la vidéo est l’ultime progrès de la pédagogie.

Si vous pensez qu’il vaut mieux apprendre que comprendre.

Si vous dépensez toujours la même somme en essence chaque semaine, que la semaine dernière elle était à 1,60 €/l et que cette semaine elle est à 1,40 €/l, et que vous pensez qu’elle vous a coûté en moyenne 1,50 €/l alors :

  1. vous avez tort,
  2. on peut quelque chose pour vous.

Découvrez-le sur notre site totalement remanié, plus rapide et plus simple.

Testez une expérience d’apprentissage innovante, avec des professeurs uniques :

  • ils sont toujours disponibles, même si vous préférez les cours entre 2 et 3 heures du matin,
  • ils sont toujours souriants, quels que soient les événements,
  • ils sont toujours patients, même si, vraiment, vous avez décidé de ne rien comprendre,
  • ils ne sont pas contagieux.

Totalement nouveaux, nos cours sont le contraire des pdf et des vidéos :

  • ils s’adaptent à vous, et non le contraire,
  • Soyez Tom Cruise dans “Edge of tomorrow” ou Bill Murray dans “Un jour sans fin” : profitez de vos erreurs et améliorez-vous à chaque essai.

En 3 modules aisément accessibles, vous comprendrez, pratiquerez et vous amuserez avec des notions qui peuvent aujourd’hui vous sembler difficiles :

  • les indicateurs de centralité (moyennes arithmétiques, harmoniques, géométriques, pondérées ou non),
  • les indicateurs de dispersion (variance, covariance, centrage-réduction),
  • le calcul matriciel (addition, produits, norme, déterminants, valeurs propres, vecteurs propres, etc.).

Totalement gratuits, chacun de ces cours peut être complété par des mises en pratique innombrables.

 

Alors, serez-vous à la hauteur ?